En savoir plus sur ...

    

 

> Quelques chiffres dans le monde

 

> Le Malawi

 

> Pourquoi aider les enfants du Malawi?

 

> Le sida - explications

 

> Le sida au Malawi

 

 

 

 

 

Quelques chiffres dans le monde

 

 

- Plus de 40 millions de personnes séropositives.

 

- Seulement 1 million de personnes sous traitement.

 

 

- 2,3 millions d’enfants de moins de 15 ans qui vivent avec le virus.

 

- 15 millions (en 2005) d’orphelins à cause du sida.

 

- Le sida tue 1.000 enfants tous les jours.

 

- 95% des enfants infectés par le sida en Afrique l’ont contracté pendant la grossesse, l’accouchement ou l’allaitement (alors qu’un traitement évitant la transmission mère-enfant existe chez nous !).

 

 

haut

 

 

Le Malawi

 

 

Le Malawi, pays situé en Afrique du sud-ouest, est enclavé entre la Tanzanie, le Mozambique et la Zambie. Sa superficie totale est de 118.480 Km². Environ 20% du pays est couvert à l’est par le 3ème plus grand lac d’Afrique, le lac Malawi.

Sa capitale est Lilongwe.

 

 

 

Le Malawi a obtenu son indépendance en 1964 et est une république démocratique. Son chef d’Etat, Bingu wa Mutharika, a été élu en mai 2004.

 

 

Ce pays compte à peine plus d’habitants que la Belgique, environ 12,5 millions d’habitants, et est un des pays les plus pauvres du monde.

 

 

La langue officielle est l’anglais mais les habitants y parlent aussi le Chichewa.

 

 

La devise nationale du Malawi est : Unité et liberté (Unity and freedom).

 

 

 

 

 

 

Photos du Malawi:

 

 Si le lien ne fonctionne pas, cliquez ici.

 

 

haut

 

 

Pourquoi aider les enfants du Malawi?

 

 

Comment rester indifférent à cette situation que vivent les enfants du Malawi ? Quel avenir la vie leur réserve-t-elle ?

 

Les orphelins en Afrique ne sont jamais vraiment orphelins, ils ont la grande majorité une famille prête à les accueillir, ce sont généralement les grands-parents mais ceux-ci pauvres, n’ont pas de moyens financiers pour les assumer, les laissant ainsi sans nourriture, sans éducation scolaire et sans soins de santé. Au Malawi, 1 foyer sur 5 prend en charge un ou plus d’orphelins et 49% sont gérés par des femmes.

 

Il y a deux cas de figures :

 

- Le premier est que la famille accueille ces enfants sans parents. Ils ne sont ainsi pas laissés dans la nature, livrés à eux-mêmes mais la famille n’a pas de moyens financiers.

 

- Le deuxième est que la famille ne peut absolument pas accueillir ces enfants sans parents. Ces enfants sont livrés à eux-mêmes et vivent seuls dans la maison en terre battue et toit de chaume de leurs parents.

 

Quelles sont les conséquences de tout cela ?

 

- Les enfants abandonnent l’école, pourtant gratuite au Malawi depuis 1994, pour aller travailler. Dans le premier cas de figure, ils travaillent pour subvenir aux besoins de la famille et oui, ils ont un foyer mais aucun enfant n’a le droit de travailler, il devrait vivre sa vie d’enfant, aller à l’école et ne pas grandir si vite. Dans le deuxième cas, le sida transforme l’aîné de ces enfants en chef de famille. Les enfants doivent cumuler des petits boulots. Il y a souvent de l’exploitation économique et sexuelle.

 

- L’exploitation sexuelle, qui si la jeune fille ou l’enfant est séropositive, la surexpose à la surcontamination du virus. Et qui si elle est séronégative l’expose au virus qui a déjà tué ses parents. Bien souvent, ces filles deviennent maman bien avant l’âge avec de grande chance que l’enfant soit séropositif et le cercle infernal continue de tourner.

 

- Un enfant sur deux infecté par le VIH meurt avant l’âge de 2 ans.

 

- Beaucoup d’orphelines du sida se marient, alors qu’elles sont encore très jeunes, dans l’espoir que leur mari s’occupe de leurs frères et sœurs.

 

- La plupart des orphelins du sida souffrent de stigmatisation et de discrimination.

 

- Beaucoup manquent de nourriture, de vêtements mais surtout d’amour parental.

 

 

Que vont devenir ces enfants plus tard ? Sans amour, sans éducation, sans enfance avec un vécu souvent violent ? L’espérance de vie diminue. Sans bouger, on va vers une catastrophe socio-économique. Ces constats et ces pensées d’avenir sont vraiment alarmants.

 

 

 

 

 

C’est pour cela que Mwana Malawi se mobilise, pour offrir à ces enfants, une vie d’enfant et une longue vie meilleure devant eux.

 

 

 

 

 

 

 

Voilà pourquoi Mwana Malawi a besoin de vous. Sans votre soutien, tout cela ne serait pas possible.

 

 

haut

 

 

Le sida - explications

 

 

Le sida (Syndrome de l’Immuno Déficience Acquise) est une maladie provoquée par le virus VIH (Virus de l’Immunodéficience Humaine). C’est une MST (Maladie Sexuellement Transmissible) qui se transmet également par le sang, mais dans aucun geste de la vie quotidienne. Le virus présent dans le sang meurt à l’air libre, il ne vit que dans un corps. Le seul moyen de se protéger contre le VIH reste donc le préservatif.

Il y a deux stades à la maladie : la séropositivité et le sida.

 

La séropositivité :

 

Le VIH, une fois attrapé, pénètre dans le corps et va infecter et détruire des cellules (que l’on appelle lymphocytes T4) qui coordonnent l’immunité (càd le système de défense du corps qui protège contre les attaques extérieures des virus, des bactéries ou autres, pouvant entraîner des infections). On dit de la personne qui est porteuse du VIH, qu’elle est séropositive. On reste à vie séropositif. Au début de la séropositivité, aucun symptôme (signe de la maladie) n’est apparent. Dans les premières semaines après la contamination par le VIH, des symptômes tels que de la fièvre, des douleurs musculaires, de la fatigue, des ganglions, des boutons, des sueurs nocturnes ou des diarrhées, peuvent apparaître et finissent par disparaître après une à deux semaines. Mais beaucoup de séropositifs ne les remarquent pas. Ensuite, s’en suit une phase sans symptômes, pourtant le virus continue à se propager dans l’organisme.

 

Le sida :

 

Au fil du temps, le virus se multiplie de plus en plus et affaiblit progressivement le système immunitaire. De quelques mois à plusieurs années après la contamination, le stade sida se déclare. Des maladies profitent de la faiblesse du système immunitaire pour se développer, c’est ce que l’on appelle les maladies opportunistes. Ces maladies peuvent prendre la forme de cancer, pneumonie, tuberculose, ou autres infections. La principale majorité des sidéens, ne meurent pas du sida mais des suites d’une maladie opportuniste.

 

Sans traitement, mort s’en suit...

 

 

 

Dans nos pays, on dit que le sida est une maladie chronique. Il ne se guérit pas mais se soigne. Il nécessite une prise en charge à vie, au même titre qu’un cancer ou qu’un diabète, par exemple. Mais les répercussions sur la vie quotidienne des patients et de leur entourage ne sont pas toujours une partie de plaisir. Un contrôle régulier, entre autre du niveau des lymphocytes T4 (qui détermine ce que l’on pourrait appeler la distance avant le stade sida), et de l’évolution de la charge virale (qui détermine ce que l’on pourrait appeler la vitesse de propagation de la maladie) d’une personne séropositive est indispensable. Ces contrôles se font par prise de sang. Grâce à ces contrôles, on peut donner des médicaments aux personnes séropositives afin de bloquer la multiplication du virus et d’empêcher ou de retarder l’apparition du stade sida. Ces médicaments sont appelés antirétroviraux (ARV) ou trithérapies. C’est un traitement antirétroviral hautement actif et souvent très lourd (horaires précis, ne jamais l’oublier, avec souvent des effets secondaires, etc.). Ils permettent une diminution maximale de la charge virale mais pas d’éliminer la présence du VIH dans le corps. C’est à dire qu’une fois séropositif, on l’est à vie et ces médicaments permettent de rester en vie, de vivre normalement et d’avoir une durée de vie pratiquement comme tout un chacun.

 

Dans nos pays, la prévention, les préservatifs, le dépistage, les soins de santé et les médicaments sont facilement accessibles  localement et financièrement.

 

Dans nos pays et grâce aux suivis médicaux et aux médicaments, une femme et un homme, même séropositi(f)ve(s) peu(ven)t avoir un enfant non porteur du virus. On parle de 1% de malchance de transmettre le virus à son enfant. La transmission mère-enfant (qui se fait lors de la grossesse, de l’accouchement ou de l’allaitement) peut être évitée grâce aux traitements.

 

Dans nos pays, encore, les enfants séropositifs ne sont pas condamnés car ils ont droit à des traitements pédiatriques (antirétroviraux sous forme de sirop), qui peuvent s’acheter facilement.

 

 

Mais dans les pays défavorisés, tout n’est pas si simple et c’est même tout le contraire de nos pays, c’est un véritable fléau qui ravage des pays, des villages, des familles et laissent derrière lui, des millions d’enfants malades et/ou orphelins.

 

 

haut

 

 

Le sida - au Malawi

 

Le Malawi, malgré toute sa beauté et son accueil chaleureux, est un des pays les plus pauvres du monde et le sida y fait des ravages, le classant 2ème pays d’Afrique le plus touché par le fléau.

 

 

On estime à près d'un million le nombre d'adultes et d'enfants infectés par le virus du sida (taux de prévalence de 14% au sein de la population adulte) et à 170.000 le nombre de malades qui ont besoin en urgence d'un traitement antirétroviral (ARV). Chaque année, le sida est responsable d'environ 86.000 décès au Malawi, soit dix par heure. C’est la principale cause de mortalité au Malawi.

L’espérance de vie à la naissance est de 40 ans.

 

 

Au Malawi, on estime à plus d’1 million le nombre d’enfants orphelins (sur une population totale de 12,5 millions) dont la moitié à cause du sida !

 

 

haut

 

 

 

 

Mwana Malawi © 2013 • Privacy Policy • Terms of Use

www.mwanamalawi.org

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mwana Malawi est une association qui a pour but d'aider les enfants défavorisés / orphelins du Malawi.